Le cadran solaire (partie 1)

Légende 18 sur 21 de la série La disparition de Saint-14
 

Quelques temps après la mort de Panoptès, l’Esprit infini, et l’aventure de la Cité dans la Forêt infinie

Osiris se recula pour observer son œuvre. Elle le surplombait de deux étages.

Le Cadran solaire était terminé ; c’était une balise brillante dans le ciel de Mercure. Il ne lui restait plus qu’à sceller le noyau chronométrique qui se trouvait au centre de la flèche, et à activer les conduits cryo-électriques qui parcouraient la surface de la planète sur des kilomètres.

Sagira fit le tour de la superstructure, analysant sa moindre pièce.

« Je ne sais pas trop si c’est une bonne idée », déclara-t-elle. 

« Je suis sûr que cela va fonctionner. C’est toi qui l’as conçu. »

« C’était un travail théorique ! Si l’Avant-garde apprend ce que tu as fait pour le construire… »

« Si cela fonctionne, l’Avant-garde l’apprendra de toute manière. »

Sagira plongea en piqué comme pour se jeter sur son élu, mais s’arrêta tout près et le regarda droit dans les yeux.

« Je sais que tu te sens coupable, mais il est impossible de prévoir ce qui arrivera si tu allumes cette chose. »

« Il est mort à cause de moi. J’ai pris toutes les précautions. J’ai demandé à mes échos de vérifier des billions de scénarios catastrophiques. » Il se retourna afin d’observer la lueur fluctuante du noyau chronométrique exposé. « Mercure est la seule planète qui sera affectée. Parce que c’est ici qu’il est mort. »

« Où cela s’arrêtera-t-il ? Qui d’autre aura droit à une seconde chance d’après toi ? »

« Tu sais que je ne peux pas  passer un autre marché  de ce type. »

« Je veux simplement m’assurer que tu le sais. » 

Osiris cligna des yeux. Elle parlait rarement si franchement et sans ironie.

« Hé, hé, hé ! » lâcha une voix distante. « Non ! Ça ne va pas ! »

Le Vagabond apparut de derrière l’un des pylônes auxiliaires du Cadran solaire, pointant du doigt la machine d’Osiris.

Sagira plissa l’œil en direction du Porteur de Lumière dévoyé et vint se placer sur l’épaule d’Osiris. « Qu’est-ce qu’il fait là ? », demanda-t-elle à voix basse.

« Je lui ai demandé de vérifier l’aspect technique », répondit Osiris en croisant les bras.

 « Tu es un grand malade », déclara l’homme qui tournait en rond autour de l’Arcaniste, ses yeux observant la moindre surface du Cadran solaire qui les entourait.

Alors que le Vagabond tapotait le pylône nord, il murmura : « Spectre, vérifie les calculs. » Un Spectre blindé avec un œil rouge se téléporta et commença à analyser les flèches du Cadran.

Le Vagabond s’approcha de la flèche centrale et plaqua son oreille dessus. « Ce noyau… », dit-il en s’approchant. Ses yeux se posèrent rapidement sur Osiris. «  Il murmure.  »

L’expression d’Osiris resta inchangée, et il ne décroisa pas les bras. « Nous scellerons le noyau. Je suis conscient des implications. »

« Bonne chance pour contenir ça. Je ne voudrais pour rien au monde m’en occuper, champion. » Le Vagabond se releva et fit signe à son Spectre à l’aide de deux doigts. Celui-ci flotta vers la terre et projeta un réseau holographique de statistiques sur le pont du Cadran solaire. 

La lumière rouge se reflétait dans les yeux du Vagabond alors qu’il s’abreuvait des chiffres.

« Les calculs semblent corrects, finit-il par lâcher alors que le Spectre s’en allait. Cela fonctionnera. Mais le trouveras-tu ? Au moment où il le faut ? Rien n’est moins sûr. »

« Laisse-moi m’occuper de ça », répliqua Osiris.

« Une question alors. Pourquoi faire tout ça ? »

« Je le lui dois. »

« Je dois des choses à des tas de gens, Arcaniste. Mais tu ouvres les portes de l’enfer avec une clé vex. »

« Lorsque le Voyageur m’a éveillé, je n’avais aucun ami. Aucune famille… »

« Personne n’avait rien pendant l’Âge noir. »

« Mais Saint a toujours été là. Et je l’ai vu passer de débutant à demi dieu. »

Le Vagabond haussa les épaules. « Nous avons tous dû faire des démonstrations de force. Remporter un ou deux combats. C’est pour ça que nous sommes encore ici. »

« Nous avons tous gagné en force. Mais certains Porteurs de Lumière n’acquièrent jamais une vision plus globale du monde. Ils se contentent de rester les mêmes… dépérissent. Alors qu’ils pourraient devenir bien plus que cela. »

Le Vagabond gloussa et cracha, gratifiant Osiris d’un doigt tendu. « Je m’en sors. »

« Bien sûr. Je suis comme toi. »

Le Vagabond eut un petit sourire narquois.

« Mais Saint a su faire face mieux que quiconque à ses peurs et ses échecs. Il ne s’est jamais détourné du droit chemin. Il devrait avoir la possibilité d’en voir le bout. »

« C’est déjà ce qu’il a fait. Mais je te laisse à tes appareils. Vieux fou. » Le Vagabond se retourna pour partir, les mains dans les poches. « Si tu court-circuites l’univers, débrouille-toi tout seul. »

« Si je fais une erreur ici, il se peut que tu cesses d’exister », répliqua Osiris.

« Ce ne serait pas si terrible. »

« Nous n’avons pas parlé du paiement. »

« Si tu survis à ta petite expérience, ne t’en fais pas, je reviendrai le chercher. »

« Rentre chez toi. Il existe quelqu’un dans les rangs des Gardiens que tu te dois de rencontrer », déclara Osiris.

« Ouais, ouais. Une légende. La Guerre rouge. J’ai super hâte… »

Commentaire

Dans l’univers de Destiny, les « marchés » et « murmures » sont synonymes de l’implication des Ahamkaras. Le cœur du Cadran solaire a-t-il été confectionné à partir d’os ahamkaras ?

  ◄ Légende préc.Légende suiv. ►

 

 

Références