Épée brûlante de Kalki, partie II

Légende 7 sur 10 de la série La Chute de l'Arcologie
 

Elle est désormais agenouillée, tremblante sur la moquette à l’extérieur du laboratoire abandonné de Pell, tandis que Morgan-2 hurle de rage et de chagrin. « Je ne voulais pas ça. Vous comprenez ? Je suis venue ici pour qu’elle n’ait pas à mourir ! »

« Vous auriez dû m’en parler ! » s’égosille Mia, tandis que la branche de mûrier semble descendre le long de sa gorge pour lui perforer le cœur.

« M’auriez-vous seulement crue ?, l’interroge Morgan d’une voix robotique sans expression. Je vous ai montré nos armes. Je vous ai dit que nous étions prêts à tuer. »

Mais ça ! Une navette entière. Tous ces gens… tous ces pauvres gens…

« Je sais ce que cela signifie, lâche David Korosec. Il s’est agenouillé aux côtés de Mia, mais ne tente pas de la réconforter, il ne se permettrait pas de la toucher sans son consentement. « Un Esprit tutélaire a utilisé cette arme. Les Esprits tutélaires ne sacrifient pas des vies humaines… à moins d’être en territoire moral URGENCE CRÉPUSCULAIRE. »

« Qu’est-ce que cela signifie ? », demande Mia, désireuse de donner un sens à toute cette situation.

« Cela signifie, reprend Morgan-2 sans merci, que les êtres humains sont considérés comme morts si aucune action protectrice n’est engagée.  Les Esprits tutélaires agissent désormais de manière à maximiser les chances de survie, et non pas à minimiser les dégâts causés.  La mort est bon marché, le jardin est en feu et c’est une course pour sauver ce qui est possible de l’être. »

Cela n’a aucun sens. Mia ne peut pas donner un sens à tout ça.

« Et s’ils se trompent ?, demande David en se relevant. Morgan, ils viennent de massacrer un vaisseau rempli d’innocents pour contenir la propagation de ces données. Le secret en vaut-il la peine ? Et s’ils se trompent ?! »

« Ils ne peuvent pas se tromper. Ils sont trop intelligents. »

« Oh non, tu ne peux pas dire ça. Tu n’as pas oublié suffisamment de choses pour le dire ! » Il s’approche de Morgan, nimbé de son autorité autant que de son impuissance physique. « Tu sais que l’intelligence n’est que partiellement en phase avec la moralité ! Les Esprits tutélaires obéissent aux restrictions humaines, car nous les avons construits pour vivre dans notre petit carré de paysage moral. La bonté n’est pas un absolu inévitable. Ils peuvent être intelligents sans avoir raison ! »

Morgan-2 hausse les épaules d’une manière aussi froide et silencieuse que la lumière sur Titan. La plupart des rayonnements lumineux du soleil ne survivent pas assez longtemps pour atteindre cet endroit. « Qu’est-ce que tu attends de moi, David ? »

Le fait qu’il soit plus grand qu’elle est presque comique. « Je veux voir les données. Il doit toujours y avoir des copies quelque part ici, non ? Dans le laboratoire de Pell ? Je veux être certain qu’elles devaient être contenues. »

« C’est trop dangereux. Elles venaient de l’intérieur de… » Morgan s’arrête brusquement, d’une manière tout à fait humaine. « C’est trop dangereux. »

« Tu sais ce que je suis, dit-il en la suppliant. Tu sais ce que je fais, Morgan. J’étudie la moralité humaine, la rendant élégante, explicite et complète, afin que nous puissions nous définir à une nouvelle forme de vie rencontrée. Tu sais que je peux en être sûr. Morgan, je t’en prie. Au nom de notre amit… »

Mia n’entend pas le reste de la conversation, car un message explose dans son détecteur, lui demandant une attention si totale que ses doigts en sont engourdis.

« PATRONNE ! hurle Ismail Barat. NOUS ACCÉLÉRONS ! »

Quoi ? Mia fait apparaître la télémétrie du halo satellitaire de Titan. Qu’est-ce qui accélère ?

Elle demande à obtenir des données radio, une carte de la surface de Titan. Là, elle le voit.

Sa lune s’aplatit.

 Titan se déforme, de sphéroïde à œuf. Quelque chose attire Titan, une main dotée d’une force supérieure à la masse totale de Saturne. Et la lune répond de la seule manière dont elle est capable, en se déformant vers l’extérieur.  Déjà quinze mètres, et cela continue.

L’attraction va entraîner une tension, des tremblements et des marées. Et au moment du relâchement, il y aura une vague qui ferait hurler de peur Ziusudra, Atrahasis, Noé, Manu et Deucalion1. Bergelmir a beau avoir navigué sur un déluge de sang, il aurait été incapable d’une telle prouesse sur du méthane liquide.

Ni d’imaginer les répercussions des forces de marée apocalyptiques d’un deuxième océan, quatorze fois plus vaste que tous les océans terrestres combinés, et enfoui à 50 kilomètres sous la surface.

  ◄ Légende préc.Légende suiv. ►

 

 

Références