Le soleil aqueux, partie II

Légende 10 sur 10 de la série La Chute de l'Arcologie
 

Le revêtement gecko de ses avant-bras trouve une prise et le maintient.

« Pfiou », lâche-t-il. Il n’a jamais autant pensé une expression aussi stupide.

Les essaimeurs bouillent et palpitent dans le sac plastique perforé. Ce n’est pas la forme de vie la plus évoluée de Titan, mais ce n’est pas non plus la moins évoluée. Ils vivent en groupes dans les fonds marins glaciaires et forment d’immenses motifs tressés faisant penser à Maury qu’ils sont doués d’intelligence. Pas de manière individuelle, pas même au niveau du groupe, mais une sorte de vaste concert, peut-être dirigé par des colosses se trouvant sous la coque de glace, communicant à travers la barrière à l’aide de murmures magnétiques captés par les essaimeurs grâce à des dispositifs supraconducteurs à interférence quantique naturels. Pourquoi ? Comment ?

Maury a tant envie de le savoir. Mais si sa curiosité n’a amené les essaimeurs ici que pour qu’ils se retrouvent pris dans un tremblement et écrasés contre les étais de l’Arcologie, il ne se le pardonnera jamais.

Il aurait dû installer une ouverture à distance, mais il a fait preuve de suffisance. Il attrape à pleine main la surface du plastique intelligent et déclenche la commande de désintégration à travers son gant. Le polymère est broyé et les essaimeurs se dispersent, leurs petits corps absorbant du méthane liquide en s’éloignant. Ils sont en sécurité. « J’ai réussi, transmet-il triomphant. Je rentre ! »

Le tremblement fait son apparition.

Cent-cinquante mètres sous ses pieds, la base glacée de Kraken Mare roule comme du liquide. Les arcologies répondent aux plaintes géologiques sourdes par une cacophonie de grondement et de cris, leurs joints se distendant, leurs câbles tendus cassant, leurs sous-structures absorbant une énergie mécanique impensable, tentant d’empêcher quoi que ce soit de…

Se briser.

Quelque chose doit avoir gelé dans la sous-structure du dôme 2. Quelque chose doit avoir craquelé. La cassure fait penser à une colonne vertébrale. La carcasse écrasée d’un drone passe à côté de Maury alors qu’il tente de nager vers l’arrière, loin du bras de plastacier ultra dense qui chute telle une guillotine à travers le méthane bien trop fin et menace de le frapper à…

Plus rien.

Il est sur le fond marin glacé, 240 mètres plus bas. Quelqu’un hurle dans son oreille. C’est Mia. Elle est toujours là en cas d’urgence. Elle est toujours là pour son équipe. « Maury ! Maury, vous êtes réveillé ! Répondez-moi si vous le pouvez ! »

Son détecteur l’informe qu’il s’est trouvé dans un coma médical pendant que les cytomachines luttaient pour lui sauver la vie. Un énorme traumatisme crânien. Une commotion cérébrale. Comme toujours, la combinaison est plus résistante que l’être humain se trouvant à l’intérieur. Le dôme 2 s’est en partie renversé et il penche vers la mer, appuyé sur une sous-structure endommagée. Il devrait aller prêter main-forte…

« Maury », explique Mia à un niveau sonore qu’il ne reconnaît pas. Il ne l’a jamais connue apeurée. « Écoutez-moi. Le tremblement est terminé, mais une table glaciaire s’est effondrée dans Kraken Mare. La vague créée approche et vous ne serez pas en sécurité au fond. Vous devez atteindre la surface et dépasser le niveau de la vague. Il sera au moins de 50 mètres. »

Surface ? Vague ? Au moins 50 mètres ? Maury libère une dose de nootrope pour s’éclaircir l’esprit et grogne sous le choc. Il comprend. Oh, oui, il comprend. Il doit courir. « Je comprends. J’ai perdu mes flotteurs. J’entame la remontée avec les propulseurs. »

Il atteint la surface. Il a encore du temps devant lui. Il voit même le dôme 1, encore intact, bien que bon nombre de ses gréements soient endommagés. L’un des soldats exo effrayants se tient à l’extérieur, lui faisant signe à l’aide d’un éblouisseur laser pour le guider.

Maury ouvre les ailes de sa combinaison afin de déplier toute l’envergure membraneuse. Un seul coup puissant de paramuscle tasse l’air et l’élève hors de la mer. Il est en l’air ! Celui de Titan est épais et la gravité de la planète faible, il peut donc voler telle une immense chauve-souris. Il rentre la tête et commence à prendre de l’altitude, se dirigeant vers l’Exo.

Le laser de l’Exo lui transmet un message en code. QUE DIEU VOUS GARDE, PAUVRE…

Maury regarde derrière lui.

Il découvre d’abord le super-transporteur, conçu pour des mers aux marées d’un mètre, incroyablement léger, flottant tragiquement sur la plus grande vague de l’histoire de Titan. Une vague dont la course se termine contre l’ossature affaiblie du dôme 2. À 152 kilopascals de pression atmosphérique, le bruit assourdissant de la collision possède la puissance déchirante d’un propulseur de fusée.

L’Arcologie toute entière s’effondre sur le navire et dans la mer.

Il détourne alors son regard de la dévastation et prend la mesure de la taille, la vitesse et l’imminence de la vague de méthane inimaginable qui va s’abattre sur lui.

« Oh, bon sang » lâche-t-il.

  ◄ Légende préc.

 

 

Références