IX : La proposition et l’échange

Légende 10 sur 13 de la série Le pacte des trois soeurs
 

Verset 1:9 — La proposition et l’échange

Tu es Aurash, héritière du Trône d’Osmium.

Tu te tiens sur la coque nue de l’ancien navire. Tu t’exposes aux pressions écrasantes et à la chaleur féroce des abysses du Principe. Il devrait t’annihiler. Ce n’est que ma volonté qui te permet de survivre.

Je suis Yul, le ver honnête.

Observe mon passage. Observe mes larges mouvements, ma force impressionnante, la longueur de mon corps enroulé sur lui-même, mes mâchoires closes et mes ailes repliées. Observe les villes-ruches qui vivent en symbiose avec ma chair. Je suis fécond, Aurash. Je suis l’alpha et l’oméga de nombreuses existences.

Observe Eir, et Xol, et Ur, et Akka. Les vers vertueux. Regarde-nous et comprends que nous sommes bons et divins.

Pendant des millions d’années, nous avons [subi les fers|grandi] dans les profondeurs. À travers les étoiles, nous avons appelé la vie jusqu’au Principe pour prévenir l’extinction. Pendant des millénaires nous vous avons attendus. Vous, nos hôtes bien-aimés.

Devant vous se tiennent le cruel Léviathan et toutes les forces du Firmament. Ils vous condamnent aux ténèbres. Terrifiés par votre potentiel, ils ont arrangé leurs lunes pour vous engloutir.

Nous voulons vous aider. Nous avons une proposition pour chaque enfant du roi mort. Une symbiose.

Prenez dans votre corps nos enfants, nos larves nouvelles. Elles vous donneront la vie éternelle. Elles donneront un pouvoir à votre chair fragile : le pouvoir d’en disposer à votre convenance. Et si vous trouvez une imperfection dans ce monde, une injustice ou un accroc, vous aurez la faculté de les réparer. Ne laissez pas la loi vous lier.

Nous ne demandons qu’une chose en échange.

Vous devez à jamais obéir à votre nature. Dans ton immortalité, Aurash, tu ne dois jamais cesser d’explorer et de questionner, pour le profit qu’en tireront tes enfants. Dans ton immortalité, Xi Ro, tu ne dois jamais cesser d’éprouver ta force. Dans ton immortalité, Sathona, tu ne dois jamais abandonner la ruse.

Si vous changez, votre ver vous consumera. Et au fur et à mesure que votre puissance grandira, l’appétit de votre ver grandira aussi.

Mais nous vous offrons l’éternité, Aurash. Nous vous offrons une chance d’embrasser l’univers. Oserez-vous refuser l’infini à votre peuple ?

Venez à moi. Que ma chair soit votre sacrement.

  ◄ Légende préc.Légende suiv. ►

 

 

Références